fbpx

C’est quoi vivre ?

De quoi voulez vous parler la semaine prochaine ? Du sens de la vie et de vivre !

C’est en ces termes que les enfants (entre 8 et 12 ans) m’ont demandé d’aborder la question fondamentale de la vie : quel sens lui donner, qu’est-ce que ça veut dire exactement.

Le portrait chinois de la vie…

Pour cela, nous nous sommes amusés à créer le portrait de la vie, un portrait qui représenterait ce qu’elle « est » si on pouvait la voir en tant que personne, couleur, objet ou la ressentir comme une émotion.

Le jeu est marrant, il fait appel à l’imagination de chacun et si on le fait pleinement, il donne également un magnifique départ à une discussion philosophique. Car il est rare que deux personnes expriment la même perception.

Si c’était une plante, une couleur ou une émotion, ce serait quoi pour vous ?

Voici quelques exemples de réponses, qui sont extrêmement parlants.

Si c’était un animal, ce serait … un dauphin, un faucon pèlerin, une tortue … Des animaux qui sont libres de leur mouvement, qui « ont le monde entier pour habitat et ils peuvent aller où ils veulent ».

Si c’était une plante, ce serait … un saule pleureur, un trèfle à 4 feuilles, un cactus.

Si c’était une émotion, ce serait… la joie et l’amour.

C’est une vie … mais ce n’est pas vivre !

Très vite, deux notions se dévoilent alors que les enfants explicitent ce que vivre veut dire pour eux :

  • le fait d’exister, d’être là, ici physiquement, d’être « vivant » et puis ;
  • « vivre, c’est tu fais des choses, tu t’amuses, tu fais des activités, tu fais ce que tu as envie et qui te fais plaisir car sinon c’est une vie triste. »

La question de la vie, du « fait de vivre » est donc très vite liée au bonheur et à la liberté.

Vivre c’est manger ce que l’on veut, être libre, être heureux, partager ses émotions, être en état physique.

C’est compliqué de vivre si on nous impose tout ce qu’on doit faire… Une vie où on t’impose tout, c’est une vie, mais ce n’est pas vivre…

Mais alors en plus de tout ça, a-t-on besoin d’autres choses ?

Dans la majorité des cas, les enfants expriment très vite le besoin d’eau, de nourriture, de sommeil et de repos.

Et il y a également des cas où d’autres besoins sont énoncés, lançant une discussion sur la différence entre vivre et bien vivre : de respirer, de faire de l’exercice, prendre l’air dans la nature, d’un toit, d’être un peu seul, de se détendre mais aussi d’être entouré, soutenu par des personnes qu’on aime et d’être vu (sans forcément chercher à l’être).

Pour la distinction entre un besoin pour vivre et un besoin pour bien vivre, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, il n’y a pas de clair consensus. Pour certain.es, le besoin d’être entouré est considéré comme primordial pour vivre, pour d’autres il est important pour bien vivre mais on peut vivre sans.

Vivre c’est aussi avoir ce qu’on veut sans exagérer, avoir des choses utiles. Par exemple avoir la toute dernière console, c’est pas utile pour vivre.

Ce qui est fascinant pour moi dans ces discussions, c’est la facilité avec laquelle on peut aborder cette question « primordiale » ainsi que le retour des enfants sur leurs apprentissages, leurs changements de perception voir même leurs prises de conscience.

Pour résumé, ce qui est important dans le fait de vivre c’est d’exister pour soi et pour les autres.

A votre tour maintenant de jouer le jeu du portrait de la vie !

Partagez si le coeur vous en dit...
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *